Hervé Hoff dans le journal de Thionville - printemps 2016

Ajouter à vos favoris

article HH journal printemps

"Cette réforme n’est que le premier pas d’une logique de l’État qui vise à faire disparaître les Mairies au profit des Intercommunalités, les Départements au profit des Régions et à terme la Nation même au profit d’une Europe fédérée de ses États. C’est pour cela que nous étions contre ce projet de la loi NOTRe. Aussi, avec nos 46 élus nous allons porter haut dans le débat démocratique la voix des 800000 électeurs qui ont voté pour nous.

Je crains des hausses d’impôts et de nouvelles taxes en perspective. Le prétexte de ces regroupements de Régions a été de générer des économies, ce que je ne crois pas. Au contraire on va simplement superposer les administrations régionales existantes. J’attends de voir comment la majorité du Président Richert va aborder les questions transfrontalières avec nos pays voisins de Belgique, du Luxembourg, de l’Allemagne et de la Suisse. Comment les questions du transport des frontaliers et de l’A31 vers le Luxembourg vont avancer.

Comme beaucoup de Français j’attends du concret, mais je crains qu’il ne soit pas au rendez-vous avec cette majorité. Dans son discours lors de son élection le Président Richert nous a qualifiés de minorité et en nous donnant aucune responsabilité il nous a placés délibérément dans le strict rôle d’opposant. Ce rôle nous allons le jouer à fond tout en faisant des propositions, comme nous l’avons fait avec la baisse des indemnités des conseillers qui était dans notre programme et que le Président a repris à son compte. Pour ma part, en tant que chef d’entreprise, je resterai très attentif aux questions du développement économique et des aides aux entreprises. Une compétence majeure du Conseil Régional."